• Actualités

    Des articles concernant les nouveautés et actualités liées à la petite enfance, des mises en garde aux conseils, avec de nombreuses informations récentes pour parfaire vos connaissances au sujets des petits.

  • Sophie la girafe, cancérogène ? NON. Pourtant, la polémique est réelle, suite à un article paru dans le magazine consumériste Que Choisir fin 2011. Mais du haut des 50 ans, Sophie tient la forme : son fabricant le certifie, preuves à l'appui.

    Sophie la girage se porte (très) bien!

    Tout est donc parti en vrille suite à cet article de l'association de défense des consommateurs, le 30 novembre 2011. Rappel des faits : dans son magazine mensuel, elle a ainsi testé quelque 30 jouets sans y déceler aucune substance contraire à la réglementation. Cependant, elle affirme que certains jouets comme "super-Sophie", que nos enfants affectionnent et aiment mettre à la bouche, "contient et même libère dans la salive des précurseurs de nitrosamines", "interdites dans les tétines et les sucettes" car probablement cancérogènes**.

    Le fabricant Vulli "prouve" sa bonne foi

    Autant la polémique a fait le buzz dans la presse. Autant la vérité, elle, est un peu passée inaperçue. C'est pourquoi, le jeudi 8 décembre 2011, Papa Online ! vous dit tout. NON Sophie n'est pas toxique. Et OUI, nos enfants peuvent toujours la mettre en bouche.

    Le fabricant Vulli a d'emblée réagi à l'article de l'UFC-Que Choisir. Selon lui, "Sophie la girafe est fabriquée dans le respect absolu des normes européennes et mondiales, ainsi tous les rapports d’analyses effectués, TOUS sans exception, attestent de cette conformité et prouvent qu’il n’y a aucun danger pour les utilisateurs. (...) Bien évidemment, le fait de diffuser des informations non fondées ou incomplètes qui porteraient préjudice à la société Vulli est condamnable. Il en sera donc demander réparation par voie judiciaire."

    Pour rappel, Sophie la girafe a été vendue à plus de 50 millions d'exemplaires en France, depuis sa création en 1961. Le fabricant Vulli explique débourser des sommes astronomiques en frais de certification (de 3 à 400 000 euros). Sophie est ainsi testée par des laboratoires agréés comme la DDGCCRF pour la France, et qui nous autorise à nous, parents, d'être tout de suite rassurés et de toujours proposer "super-Sophie" à nos enfants.

    Alors, STOP à la polémique : Sophie reste la bienvenue dans nos foyers et surtout pour soulager les petits maux de bébé.

    Source : http://papaonline.over-blog.com/article-sophie-la-girafe-se-porte-tres-bien-merci-91766608.html


    votre commentaire
  • Un nouveau-né est mort étouffé dans son porte-bébé, en Australie. Le Medical Journal of Australia rappelle aux parents comment bien utiliser écharpes et porte-bébés.

    Les porte-bébés et les écharpes de portage peuvent se révéler dangereux s’ils ne sont pas bien utilisés. C’est le message que tient à faire passer le Medical Journal of Australia en publiant un article sur les risques des porte-bébés pour les nouveau-nés.

    A l’origine de cette initiative, un drame : un bébé de deux jours a perdu la vie, étouffé, dans son porte-bébé. Cité par le site 7sur7.be, les médecins rappellent qu’il est « important que les parents et le personnel soignant soient informés des problèmes potentiels de sécurité lié à l’utilisation de ces écharpes et autres systèmes de porte-bébés, en particulier avec les très jeunes nourrissons ».

    Rappel des bonnes pratiques

    « La tête du bébé doit être tournée vers l’extérieur, sans qu’aucun tissu ne soit en contact avec son visage » précisent-ils. « Il est essentiel de prendre conscience que s’ils ne sont pas utilisés correctement, ils deviennent un véritable danger pour l’enfant ».

    Certains spécialisent déconseillent l’utilisation des porte-bébés et écharpes de portage avant 4 mois à cause des risques d’étouffement du fait de la position de bébé ou de l’épaisseur des tissus qui empêchent de respirer.


    votre commentaire
  • Toxicité : tapis-puzzles en mousse

    Une interdiction toujours d'actualité

    • En décembre 2010, l'ancien secrétaire chargé de la consommation avait décidé de retirer de la vente les tapis puzzles en mousse, en raison de présence de formamide, une substance industrielle chimique et cancérigène !
    • Ce produit a été utilisé pendant de longues années pour assouplir, entre autres, les plastiques des revêtements de sol ou des tapis-puzzle destinés aux jeunes enfants.
    • Tout d'abord prévue jusqu'en juillet 2011, l'interdiction avait été prolongée jusqu'en juillet 2012, en attendant les résultats des analyses menées par l'Anses, l'agence nationale de sécurité sanitaire.
    • Elle a été prolongée jusqu'en juillet 2013.

    Une autorisation sous conditions

    • Les taux de toxicité du formamide autorisés par l'Anses concernant l’utilisation des tapis-puzzles en mousse pour les jeunes enfants doivent désormais être inférieurs à 200mg/kg.
    • Les produits ne répondant pas à ces normes sont interdits de vente jusqu’en juillet 2013.
    • L'Anses recommande aux usagers, avant d'utiliser un tapis puzzle neuf, de le conserver quelques jours en dehors des pièces où vit l'enfant.

     


    votre commentaire
  • Selon le nouveau rapport de la Société française de pédiatrie (SPF), non seulement les vertus associées aux colliers d’ambre sont sans fondements scientifiques, mais en plus les accidents liés à ces colliers (strangulation ou ingestion) sont bien réels.

    Polémique autour des colliers d'ambre

    Cette étude a été menée au sein du service des urgences pédiatriques et de l’unité de pédiatrie du CHU de Toulouse et au service de pédiatrie du centre hospitalier de Montauban. L’ambre est utilisé pour ses soi-disant vertus antalgiques, mais ce n’est pas ici le minéral qui est mis en cause. Ce qui est dangereux, c’est le fait de porter un collier, surtout chez les enfants de moins de 3 ans. La réglementation française exige que les colliers doivent céder à un poids supérieur à 2,5 kg, ce qui n’est pas toujours le cas pour les colliers d’ambre vendus sur Internet, en pharmacie ou dans les magasins bio. Les parents pensent soulager leur bébé des poussées dentaires, mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que près de 30 décès par étranglement ont été recensés par le service des urgences pédiatriques de l’hôpital Necker, à Paris, en un an. Les pédiatres de la SPF souhaitent que l’ordre des pharmaciens fasse interdire la vente en officine des colliers d’ambre. Ils espèrent aussi que les institutions de santé se penchent sur ce dossier en vue d’une réglementation plus stricte.


    Source : Société française de pédiatrie


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique