• Questions courantes

    Une section pour répondre au mieux à toutes les questions que l'on peut se poser sur les enfants, classées par thèmes, avec des éléments de réponse rédigés par des spécialistes et des psychologues.

  • Le rot est un renvoi de gaz qu’un bébé fait à la fin et parfois au cours de la tétée ou du biberon. Il est bon d’attendre que votre bébé ait fait son rot pour le coucher, car ce renvoi peut entraîner une régurgitation de lait.

    Lors de la tétée ou du biberon, votre bébé déglutit une quantité d’air surtout lorsqu’il tète goulûment. Il est donc tout à fait normal qu’il doive régurgiter l’air avalé.

    Il arrive que votre bébé s’arrête au milieu de sa tétée, refuse de continuer à boire, semble gêné, se tortille, fait des grimaces, pleure un peu et semble manifestement mal à l’aise. Vous savez alors qu’il doit faire un rot avant de poursuivre son repas. Il faut interrompre la tétée le temps de son rot.

    Pour aider bébé à faire son rot

    Prenez votre bébé bien droit contre vous pour dégager “la route de l’air”, sa tête dépassant le plus possible de votre épaule. Si vous constatez que votre bébé a du mal à faire son rot, tapotez-lui doucement le dos. Ce petit geste se révèle souvent efficace pour libérer l’air bloqué en cours de route.

    Toujours rien ? Essayez alors la position de l’avion. Portez votre bébé la tête plus haute que le pieds pour dégager le buste, son ventre s’appuyant sur votre bras. De l’autre main, massez-lui le dos. D’une manière générale, la plupart des bébés font leur rot rapidement, d’autres ne le font qu’au bout d’un quart d’heure. Certains bébés ne font pas de rot du tout. Il peut arriver à quelques bébés d’avoir besoin de faire plusieurs rots.

    Gardez tranquillement votre bébé dans vos bras afin qu’il puisse faire son rot à son aise. Laissez-lui le temps d’évacuer l’air qui le gêne et bercez-le pendant une vingtaine de minutes. C’est un moment merveilleux qu’il fait privilégier.

    S’il n’a toujours pas fait son rot et que vous devez vaquer à vos occupations, installer votre bébé dans son transat. En position semi-inclinée, il pourra commencer sa digestion tranquillement. S’il grogne ou semble mal à l’aise, reprenez-le dans vos bras. Cette fois, le rot ne se fera pas attendre.

    La régurgitation

    La régurgitation est le rejet d’une petite quantité de lait, survenant peu après le repas, généralement au moment du rot. Les régurgitations sont fréquentes et banales les premiers mois de la vie de votre enfant. Elles sont favorisées par une alimentation liquide (sein et biberon) et par la position couchée. Elles disparaîtront avec l’alimentation semi-liquide et la position assise. En général, entre 9 mois et 1 an, le problème se résout de lui-même.

    Il peut arriver que ces régurgitations se produisent indépendamment du rot. Elles sont plus abondantes, ont un aspect caillé et une odeur acide et aigrelette. Cela est normal, car la digestion commence très vite dans l’estomac, le lait y caille et la régurgitation contient un peu de liquide de sécrétion gastrique.

    Parfois la cause est attribuable à la présence de gaz dans l’estomac, c’est pourquoi le rot après chaque repas est si important. Tant que votre bébé prendra du poids et sera en bonne santé, il n’y a pas de raisons de s’inquiéter. Certains bébés rejettent un plus que d’autres, voilà tout. Soyez patiente.

    Il faut également souligner l’importance du “facteur psy”. Le bébé qui ne peut s’exprimer avec des mots, le fait avec son corps. La régurgitation peut être un moyen trouvé par l’enfant pour dire son rejet d’une situation stressante.

    Comment aider bébé ?

    - Amenez votre bébé à boire plus calmement et plus lentement.

    - Assurez-vous que sa tétine est suffisamment percée pour qu’il n’ingurgite pas trop d’air. Quand vous donnez le biberon, il faut qu’il y ait comme un chapelet de bulle d’air qui remonte le long du biberon. C’est le signe que votre bébé ne boit pas d’air.

    - Un changement de marque de lait, l’utilisation d’un lait acide ou d’une poudre épaississante peut améliorer la situation.

    - Les repas copieux sont à éviter. Il vaut mieux fractionner le volume journalier en réajustant le nombre de biberon donné. En outre, ne soyez pas pressée de passer de 5 biberons à 4 biberons par jour, c’est un cap qui est souvent difficile à passer qui peut déstabiliser un bébé.

    - Il est totalement déconseillé d’installer votre bébé sur le ventre pour dormir en cas de régurgitation.

    - Une prise de sang permet également de dépister une éventuelle intolérance au lait de vache. Dans ce cas, un lait de soja sera conseillé. Il arrive qu’il y ait un risque d’intolérance croisée aux protéines du lait de vache et à celles du soja. Votre médecin vous conseillera sans doute de donner du lait d’amande ou de noisettes vendus en pharmacie.


    votre commentaire
  • Sur le marché des articles de puériculture, ils existent des modèles de biberons et de tétines qui rivalisent de séduction et d’ingéniosité !

    Les biberons

    - Ils peuvent être en verre (pyrex) ou en plastique. La plupart des mamans utilisent des biberons en verre pour les premiers mois et passent au plastique par la suite.
    - Ils sont inaltérables par la chaleur et les produits de stérilisations.
    - Le plus souvent en forme triangulaire, ils peuvent toutefois être en forme incurvée, à tête coudée ou trapue. La forme coudée permet d’avaler moins d’air, ce qui peut être intéressant pour les nourrissons qui souffrent de coliques ou qui font beaucoup de rots.
    - Ils sont accompagnés d’une tétine, d’une bague porte-tétine det d’un capuchon qui protège la tétine.
    - Ils sont de tailles différentes : 110, 120, 240, 300 ou 330 ml
    - Ils peuvent s’acheter en pharmacie, parapharmacie, grandes surfaces ou en magasins de prêt à porter pour enfant ou de puériculture.

    L’essentiel est que le biberon soit facile à laver et à stériliser, il faut savoir passer le goupillon dans tous les recoins.

    L’idéal est d’acheter au moins six biberons de 240 ml pour faire face au six repas dont bébé a besoin par jour. Il vous suffit alors de les stériliser le matin pour être tranquille pour la journée.

    Les petits biberons en plastique sont utiles lorsque bébé sait les tenir tout seul, pour boire ses jus de fruit ou étancher ses petites soifs.

    Au-delà de 6 mois, vous aurez peut-être besoin, si votre bébé est gourmand, d’un ou deux biberons de 320 ml.

    Les tétines

    Chaque marque de biberon a ses propres tétines. Il est important d’acheter les tétines de même marques que vos biberons car les diamètres peuvent être différents d’une marque à l’autre, ce qui risque d’entraîner des fuites de lait.

    Il existe trois types d’ouverture de tétines :

    - Les tétines spéciales “nouveau-né à deux trous, au perçage excentré, permettent au lait de jaillir vers les joues de bébé et non vers le fond de la gorge.

    - Les tétines avec ouvertures à fente, à trois vitesses, permettent de choisir le calibre d’ouverture et ainsi le débit du lait. Pour le débit le plus lent, positionnez le chiffre I sous le nez de bébé. Si vous désirez un débit plus rapide, faites tourner le biberon de façon à ce que le chiffre II ou III se trouve sous le nez de bébé.

    - Les tétines avec ouverture en T ont un débit qui se règle en fonction de la succion de bébé. C’est la formule idéale pour les gourmands et les biberons de soupe.

    Achetez une tétine de chaque type afin de voir laquelle convient le mieux à votre bébé :

    - Si le trou ou la fente est trop large, le lait s’écoule trop vite et submerge bébé qui risque de s’étouffer.
    - Si le débit est trop lent, bébé va se fatiguer, s’endormir en n’ayant bu qu’une petite quantité de lait ou va déglutir de l’air d’où les coliques et vomissements.

    Silicone ou caoutchouc ?

    La tétine en caoutchouc brun a pour avantage d’être plus souple que le modèle en silicone, ce qui peut aider un bébé paresseux à mieux boire.

    Mais la tétine en caoutchouc a, lors de l’achat, un goût et une odeur forte. Et elle devient molle et collante avec le temps. Il semble que certaines tétines en caoutchouc ont une teneur en nitrosamines (substance cancérigène) supérieure à la réglementation.

    La tétine en silicone translucide n’a pas d’odeur, mais sont dures à mâchouiller. Au fil des lavages, elle va perdre un peu de sa translucidité, se durcir et se fendiller. Demandez conseil à votre pharmacien.


    votre commentaire
  • On conseille de mettre bébé au sein le plus rapidement possible après l’accouchement, en tout cas dans les quatre heures, ceci d’une part afin de favoriser une montée de lait rapide et d’autre part afin d’entretenir le réflexe de succion de bébé.

    Afin de pouvoir téter correctement, bébé doit mettre en bouche une grande partie de l’auréole du sein (la zone circulaire plus foncée entourant le mamelon). Par une légère pression du doigt de part et d’autre du mamelon, il faut dégager son nez pour lui permettre de pouvoir bien respirer tout en buvant.

    Idéalement bébé est allaité à la demande, ce qui nécessite une grande disponibilité de la part de maman qui doit être présente à chaque repas, de jour comme de nuit.

    Les tétées sont commencées alternativement par le sein droit, puis par le gauche, pour une bonne stimulation et les deux seins sont présentés à bébé lors de chaque tétée. Attention de ne pas laisser bébé téter plus de cinq minutes de chaque côté les premiers jours. Ensuite, la tétée peut durer 20 minutes de chaque côté. En effet, les mamelons sont fragiles et il vaut mieux les épargner dans la mise en route de l’allaitement, afin d’éviter les crevasses.

    Maman doit se nourrir de façon saine et équilibrée comme lors de la grossesse, en choisissant des aliments plus riches en protéines et en calcium. Ce n’est pas le moment de faire un régime draconien, car la fatigue influence directement la lactation. Par ailleurs, l’allaitement aide à éliminer naturellement les kilos superflus de la grossesse, grâce aux calories consommées pour produire le lait.

    Si bébé s’endort après avoir tété un sein, il faut essayer de le réveiller en le changeant, en lui faisant faire un rot et lui présenter ensuite le deuxième sein. S’il est profondément endormi et qu’il n’a pas assez bu, pas d’inquiétude, il se rattrapera lors de la tétée suivante.

    La position la plus confortable pour allaiter bébé semble être la position assise, dans un endroit calme. La tête de bébé, couché dans vos bras, doit être bien soutenue, le visage face au sein sans qu’il ait à tourner sa tête. Bébé doit pouvoir haper le mammelon tout seul. Soutenez le bras dans lequel vous tenez bébé avec un coussin. Le retrait du mammelon doit se faire en douceur, par l’introduction du petit doigt dans sa bouche.

    Sauf avis contraire de votre pédiatre, il faut éviter les compléments au biberon, afin de ne pas compromettre le bon déroulement de l’allaitement. Si bébé a besoin de plus de lait, le seul moyen d’augmenter votre production est de le mettre plus souvent au sein ! (et de boire davantage d’eau).

    Bébé peut être allaité aussi longtemps que vous le souhaitez. Vers quatre ou cinq mois, le pédiatre vous donnera des conseils pour l’introduction progressive des fruits et des légumes dans son alimentation, car à cet âge, le lait ne suffit plus. Ce qui ne vous empêche pas de continuer à donner le sein le matin et le soir, de même si vous souhaitez poursuivre l’allaitement tout en reprenant votre activité professionnelle. Vous aurez plus de lait le matin et le soir si vous tirez votre lait une ou deux fois en cours de journée.

    La lactation

    Le sein est composé de plusieurs lobes de glandes entourées de tissu graisseux. Ces glandes produisent le lait maternel qui, par l’intermédiaire de petits canaux, les canaux galactophores, est excrété au niveau du mamelon. Tout au long de la grossesse, vos seins augmentent de volume, grâce à l’action des hormones de grossesse. Ils se préparent ainsi à la lactation.

    La montée de lait se produit deux à trois jours après l’accouchement, éventuellement un peu plus tard si votre bébé est né par césarienne, grâce à une augmentation de la prolactine, une hormone secrétée par la glande hypophyse, et une diminution des hormones de grossesse. Ensuite, c’est grâce à la stimulation du mamelon lors de la succion par le nourrisson que la sécrétion de lait dans les seins va être entretenue.

    L’ocytocine est une autre hormone , également secrétée par la glande hypophyse, qui intervient dans le mécanisme de production et d’expulsion du lait, par contraction des canaux galactophores. C’est elle qui provoque également les contractions utérines lors de l’allaitement. Directement liée à la stimulation du mamelon lors de la succion, elle peut être produite par réflexe conditionné. En effet, l’on observe bien souvent un écoulement de lait uniquement lorsque bébé crie !

    Lors de la mise au sein de bébé, l’hypophyse va donc produire ces hormones. Au plus le bébé tète, au plus le taux de prolactine dans le sang augmente, ce qui entraîne la production d’une plus grande quantité de lait. Inversement, si bébé tète très peu, la libération de prolactine diminue, ce qui entraîne une plus faible production de lait.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique